Renaît lentement de ses cendres.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les déesses du Panthéon scandinave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La_Paienne

avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Les déesses du Panthéon scandinave   Sam 19 Fév - 5:08

Origines historiques des divinités féminines






Si la religion des Scandinaves de l’Age du bronze et celle de l’Age du fer sont à peu près connues, désormais, la filiation histo­rique des déesses est difficile à préciser. Comme nous l’avions men­tionné par ail­leurs, peu de divinités ont eu une caractère individualisé, jusqu’à la fin de l’Age du fer. La majorité des fonctions féminines se concentrait autour du concept de TERRA-MA­TER. Cependant, dans le cas d’un certain nom­bre de déesses, il est malgré tout possible de repérer les déités archaïques dont elles des­cen­dent et auxquelles elles ont pris leurs attribu­tions.
A l’origine, dans l’Europe du Nord et l’Europe Centrale, la TERRE-MERE se nom­me APIA. Il s’agirait en même temps d’une déesse de l’Eau; les deux archétypes de la femme, l’eau et la terre, qui représentent, chacun, une partie de la ma­trice y sont regroupés alors que l’air et le feu sont les archétypes masculins. Par la suite, cette divi­nité disparaît complètement du culte et de la my­thologie de l’Europe du Nord, du moins, sous le nom d’APIA, et se voit remplacée par plu­sieurs déesses qui se partagent ses fonctions:

- JORD représente la terre primitive, incul­te;

- FYORGYN, souvent confondue avec JORD, est la montagne couverte de chênes;

- SIF est la terre productive, déesse de la fertilité dont la chevelure dorée représente la corne d’abondance;

- TAVITI est la terre, lieu d’habitation et de vie sociale, gardienne des lois et de la reli­gion (elle sera remplacée par la suite, d’une part par VOR, personnification des ser­ments, et par SYN, l’allégorie de la justice);

- FRIGG est la mère et l’épouse;

- FREYJA, l’abondance; cette déesse a conservé l’Eau comme archétype alors que les autres sont avant tout des déesses tellu­riques.

FRIGG appartient au vieux fond mythique indo-européen car elle est connue sous ce nom ou tout au moins des variantes de ce nom (FRIA, FRU…) dans toute l’aire d’ex­pansion germa­nique. Il est particulièrement frappant de voir que les Anglais, au moment de la colonisation de la Grande-Bretagne par les Vikings, écrivaient le nom de la déesse non pas sous la forme du vieil anglais, FRIGE, mais sous la forme anglicisée du nom danois FRICG ou FRYCG. De nom­breuses sources anciennes la connaissent comme la grande déesse primitive formant avec ODINN le couple archétypal Terre-Ciel. Descendant direc­tement d’une Déesse Mère, elle est sans doute de conception antérieure à celle de son époux qui n’a pris la place qu’il occupe dans la mythologie nordique que tardivement.

FULLA, la servante de FRIGG semble être, elle aussi, relativement ancienne; elle serait la sœur VOLLA d’une certaine FRIIA men­tionnée dans une incantation du «Char­me de MERSEBURG»:

«…Alors SINTHGUNT et sa sœur SUNNA

Prononcèrent sur lui des incantations;

De même FRIIA et sa sœur VOLLA,

De même WOTAN, avec tout l’art qu’il possédait…».

(in «les Conjurations de MERSEBURG»).

Parmi les déités proches de la TERRE-MERE, il faut aussi considérer les DISES, fort an­ciennes en tant que groupe de divinités représentant les es­prits de la maison et de la famille. De même, la déesse Gete THIUTH, disparaît de la mythologie nordique, en tant que déesse de la famille, de la tribu, de la nation, pour être simplement rem­placée par un personnage allégorique, SJOFN, qui n’est qu’une facette de la déesse SIF.

Parmi les divinités indo-européennes de la ferti­lité, nous retrouvons l’origine historique du mythe d’IDUNN (fig.4), avec celui des pommes de l’immortelle jeunesse, de la plupart des tradi­tions européennes. Tou­tefois, les pommes sont un ajout tardif au mythe d’IDUNN: l’introduction des pom­mes en Scandinavie ne s’est faite que vers la fin du Moyen-âge, et le terme «epli» signi­fie non seulement «pomme» mais aussi, tous les fruits ronds. TJOTHOLF de HVIN dans son poème «Haustlong», rédigé vers 900, décrit d’ailleurs IDUNN comme pratiquant la vieille médecine des dieux et non comme gardienne de la jeunesse divine.

Par la suite, ce rôle de médecin sera repris par la déesse EIDR dont le nom signifie «cure» et qui n’appartient pas au vieux fond mythologique.

L’origine de FREYJA est très mal connue et il existe plusieurs théories. Boyer (1973) pense que, par ses attributions guerrières, FREYJA est, avec ODINN, l’une des divinités les plus proches du monde indo-européen. Ce n’est pas l’avis de Re­naud-Krantz (1972) qui constate que cette déesse est inconnue en dehors de la zone d’expansion de la Civilisation Viking; dans le reste du monde germanique, elle se confond avec FRIGG. Il pen­se qu’il pourrait s’agir d’une divinité d’ori­gi­ne pré-indo-européenne. Appar­te­nant à la race des VANES qui sont des dieux de la Ferti­lité et de la Fécondité, elle aurait acquis les as­pects d’une di­vinité indo-européenne par son rôle de déesse de la guerre et de la mort.
Chez les Scythes, comme chez les Gètes, la déesse de la Lune (Skalmoskis chez les Gètes) est à la fois une déesse de la Production, de la Famille et de la Fécondité, et une divinité de la Destruc­tion et de la Mort. Les morts étaient censés sé­journer sur la Lune.
A cette déesse se substitueront, plus tard, chez les Scandinaves, trois personnages, un dieu MANI qui devient le dieu lunaire, FREYJA qui ac­capare les fonctions de production mais qui de­vient, en même temps, déesse de la mort, fonc­tion qu’elle partage avec HALIA qui se trans­forme alors en HEL.

Les WALKYRIES semblent avoir été à l’origine, non pas les belles jeunes filles décrites dans les textes du XIème-XIIème siècles et surtout dans les opéras de Wag­ner, au XIXème siècle, mais de redoutables génies de la mort, voire même des prê­tresses de quelques cultes sanglants, pro­gres­­sivement divinisées, qui connais­saient le destin et que l’on appelait les ALHI-RUNES. Lorsque, au IIIème siècle P.C., ODINN prend la place de TYR en tant que seigneur de la guerre et de SKAL­MOSKIS dans ses attributions de divinité des tré­passés, il prend à son service les WAL­KYRIES calquées sur les ALHI-RUNES, prê­tresses au ser­vice du dieu de la guerre. C’est à cette occasion qu’elles prennent leurs aspects de belles jeunes filles blondes, servant au WALHALLA, les EIN­JEHARS (morts au combat) qu’elles sont allées choisir sur les champs de bataille. Le terme WALKYRIES signifie d’ailleurs étymologi­que­­ment «celles qui choisissent ceux qui vont tom­ber». Les Germains païens des pre­miers temps croyaient à des esprits féminins féroces, appli­quant les ordres du dieu de la guerre, ranimant les discordes, prenant part à la bataille et dévorant les cadavres.

La prophétie et l’art divinatoire, donc la magie étaient réservées aux femmes et plus particuliè­rement aux vierges. De ce fait, comme les WAL­KYRIES, les NORNES, maîtresses de la destinées, ont été calquées sur des personnages historiques, en parti­culier, les prophétesses telles que VE­LEDA chez les Bructères. Dès lors, elles sont de­venues, dans la tradition, le type et l’idéal des de­vineresses norroises.

La notion de NORNE d’après Boyer (1981, pp 217) est concentrée sur URDR qui serait la seule des trois à être vraiment ancienne. «Le nom pro­vient du verbe verda (arriver, se passer) qui ren­voie à l’idée indo-européenne pour laquelle des­tin et temps se confondent.»

Le terme de norn paraît remonter à la notion indo-européenne traduite par le préfixe ner- qui signifie tordre… ce qui serait corroboré dans la strophe 3 du «Hel­gakvida Hundingsbana I»

«…tressèrent à force

Les fils du destin…» (fig.15)

Le personnage de la déesse SKADI est à isoler. En effet, les Scandinaves songeant à associer au dieu des Eaux et de la Pêche, une déesse de la Chasse et ne la trouvant pas dans leur propre mythologie, l’emprun­tèrent aux Finnes et la nommèrent SKADI, qui, à l’origine, était un nom épithétique de FREYJA. Elle est considérée comme hé­ritière de l’ancienne VAITU SKURA (la chas­se) ou de VINDRUS et présente les as­pects d’une déesse lunaire souhaitant épou­ser un dieu solaire (BALDER).

Il s’agit, en fait, d’une déesse éponyme (3), pu­rement terrienne, de la Scandinavie.

Pour être complète, cette recherche de l’origine historique des déesses, ne saurait ignorer diffé­rents textes, qui font appel à l’évhémérisme, entre autres, ceux de Snorri (Prologue de l’«Edda prosaïque», sagas…) ou encore, ceux de Saxo Grammaticus («Gesta Danorum»).

Le mythe de la séduction de RIND par ODINN en est un exemple: Saxo Gramma­ticus la dit prin­cesse slave. Il en est de même pour le mythe de la mort de BAL­DER, fils de FRIGG et d’ODINN, et de son épouse NANNA.

récit mythologique: BALDER protégé par tous sauf par le gui, à qui il n’a pas demandé de prêter serment, est tué par son frère HODR (dieu aveugle) sur l’instigation de LOKI. Lors de la crémation du corps de son mari, fils de FRIGG, NANNA le cœur brisé, se jette sur le bûcher.
Explication évhémériste: HOTHERUS (HODR) est un héros qui se bat contre BALDR, demi dieu pour les beaux yeux de NANNA.

Cette tentation de transposer les mythes dans le réel n’aboutit pas à grand chose. Quelques per­sonnages (héros…) ont cer­tainement été divini­sés (les WALKYRIES, ou BRAGI, dieu de la poé­sie et ancien scalde), mais il est fort peu pro­bable que les grandes divinités du Panthéon nor­dique aient été des personnages historiques. Il s’agit plutôt de figurations des grandes forces na­turelles. Ils restent, toutefois, très proches du monde des humains. C’est ce que nous allons es­sayer de démontrer en comparant le rôle des déesses dans la religion et la vie quotidienne des Scandinaves du Xème s., après les avoir repla­cées dans la mythologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les déesses du Panthéon scandinave
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» musique Scandinave
» Chamblack De Dreit - Bijoux normand-scandinave
» Portail Scandinave
» Régis Boyer et la littérature scandinave.
» Union des Pays Normand - Magasin Scandinave à Caen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petits loups d'Odin :: Tradition nordique :: Panthéon Nordique-
Sauter vers: