Renaît lentement de ses cendres.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La chanson du moulin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hel
Admin
avatar

Nombre de messages : 469
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: La chanson du moulin   Jeu 21 Sep - 1:02

Maintenant sont venues au palais la paire foreknowing,
Fenja et Menja ;
Ils sont chez Frode, le fils de Fridleif, demoiselles puissantes
Tenu comme helots.
2.

En avant au moulin mettre hors jeu étaient ils a apporté
Pour placer la pierre grise dans le mouvement ;
Il ne leur a donné aucun repos ni paix,
Attentif au grincement du moulin.
3.

Leur chanson était un hurlement,
Éclatement du silence ;
« Inférieur le casier et éclairent les pierres ! »
Pourtant il les ferait rectifier plus.
4.

Ils ont chanté pendant qu'ils balançaient et tournaient la pierre
Tandis que la plupart des hommes dormaient ;
A alors chanté Menja, son tour au moulin,
Hardminded la bonne avec la voix assourdissante :
5.

Des marchandises nous rectifions Frode, fraisant dehors la fortune,
Plein prix de richesse sur le moulin des plaisirs ;
Il s'assiéra sur l'or ; il dormira au moment pour avaler,
Et le sillage avec la volonté d'a, est alors lui au sol de puits.
6.

Ici aucun ne nuira à des autres, ni à la méchanceté de port,
Ni apporter au fléau,
Ni la coupe avec l'épée pointue, même il trouvent
Limite du fléau de son frère !
7.

Les mains se sont arrêtées, se reposant ; le quern était tranquille ;
A alors appelé le roi sa plainte antique :
Ne dormir pas plus que le robinet est silencieux, ne se repose pas plus
Que les mots je parle !
8.

Frode, vous n'étiez pas complètement sage, OH, ami de l'homme,
Quand vous avez acheté ces thralls ;
Vous nous avez choisis pour la force et le roulement,
Observation de quelle course nous sommes soutenu.
9.

Était dur Rungner, dur son père ;
Tjasse était plus grand que tous les deux ;
Ide et Orner, pères de notre course, frères des géants de montagne,
Ce sont nos s'abstient.
10.

Grotte ne s'était jamais levé de la montagne grise
La roche en place dure de la terre,
Ni rectifierait la montagne-bonne,
A fait n'importe qui savent sa sorte.
11.

Neuf hivers ont duré notre jouer-temps,
Sous la terre mûrie notre puissance ;
Les grands travaux nous ont exécutés constamment ;
Nous avons déplacé les montagnes mêmes.
12.

Des champs des géants nous avons déchiré dehors des rochers ;
Ainsi la terre a tremblé, s'est abaissée, et a tremblé ;
Nous avons roulé de là de la pierre de chant,
La galette lourde, pour que les hommes prennent.
13.

Dans la terre de Svitjod, foresighted,
Nous deux avons joint le peuple ;
Les ours chassés, ont cassé des boucliers,
Marché par les grades du gris.
14.

Nous avons détruit un prince, soutenu des autres,
Le bon Gothorm que nous avons aidé avec son horde ;
Aucune paix là n'était jusqu'à ce que nous ayons conquis Knue
Nous avons été arrêtés et là capturés.
15.

Tel était notre progrès dans d'anciennes périodes,
Bien connus étions nous parmi des guerriers ;
Alors nous avons coupé des héros avec les lances affilées,
Enroulé et rougi avec le feu.
16.

« Maintenant nous sommes venus à la maison du roi,
Dans le thralldom, avec la pitié d'aucun ;
La granulation déchire nos pieds, gels de gel nos formes pendant que nous tournons le moulin de paix.
Elle est morne chez Frode.
17.

Les mains se reposeront ; la pierre s'arrêtera ;
J'ai fraisé le but de la ma vie entière.
Pourtant la main peut ne pas rester jusqu'à ce que Frode se sente
Tout a été entièrement fraisé.
18.

Les mains jugeront des poignées les armes dures et tachées de sang.
Se réveiller, Frode ! Se réveiller, Frode,
Si vous entendriez nos chansons et nos énonciations d'il y a bien longtemps.
19.

Le feu I voient la brûlure à l'est du fort ;
Appeler les couriers, appel pour les balises !
Une horde de guerrier o'errun cet endroit
Et brûler le logement du Budlung (roi).
20.

Vous ne maintiendrez pas le trône de Leidre,
Vos anneaux de redgold, ou votre quern de la richesse ;
Saisir l'axe plus fermement, soeur !
Nous ne sommes pas chauffés par le sang de la baleine !
21.

Sûrement la bonne de mon père puissamment fraisée,
Pour elle a vu beaucoup d'hommes aller à leur mort ;
Les grands appui verticaux du moulin, cependant enfermés en fer,
Asunder d'éclat - pourtant plus que nous avons fraisés.
22.

« Pourtant encore plus que nous avons fraisés ! Fils de mai Yrsa,
Scion de Halfdan, le vengent sur Frode ;
Il peut être jugé son fils, et également son frère.
Nous tous les deux savons ceci. «
23.

Les bonnes qu'ils ont fraisées avec la force et principal,
Des jeunes ils étaient, dans la géant-colère ;
Les combles ont tremblé, la perche ont été abaissés,
Avec le vacarme assourdissant l'éclat de rocher.
24.

Ainsi s'est effondré l'ancien monde.
A chanté la mariée montagne-géante :
« Nous avons rectifié pour toi, Frode, comme nous étions obligatoires.
Au terme les femmes sont restées jusqu'à l'extrémité

Traduit par W.H. Auden et P.B. Taylor
par ailleur jai fais un poste sur l'édda poétique qui et en contruction car la traduction et tres dur a faire

Fiohnir


sunny

_________________
Les braises de nos racines, de notre identité brillent toujours, il suffit de souffler dessus pour les raviver, pour qu'à nouveau rayonne et flamboie notre héritage éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: donner   Jeu 21 Sep - 2:30

vraiment tres belle chanson je ne connaisé pas
encort une belle épreuve de force fiohnir

donner

king
Revenir en haut Aller en bas
 
La chanson du moulin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Chanson et la Marine
» Chansons Horus au Festival Belge de la Chanson Estudiantine
» Line Renaud revient à la chanson avec Mylène Farmer
» Moulin à café ou moulin à graines?
» Chanson d'halloween

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petits loups d'Odin :: TANIERE DES PETITS LOUPS D'ODIN :: Discussions générales :: Le musique-
Sauter vers: