Renaît lentement de ses cendres.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les pères de l’église et leurs « tendres » pensées…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hel
Admin
avatar

Nombre de messages : 469
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Les pères de l’église et leurs « tendres » pensées…   Mar 11 Juil - 12:46

Le pères de l’église étaient des chrétiens appartenant aux toutes premières générations du christianisme après la mort du Nazaréen. Ils s’appelaient par exemple Clément, Ignace, Polycarpe, Tertullien, Cyprien, Augustin. Ils ont donné les fondements moraux qui allaient régir l’Europe pendant de très nombreux siècles. Bon nombre de ces pères de l’église ont été ensuite canonisés par le Vatican. Étant plus proche historiquement parlant, de leur idole Jésus que nous, on serait en droit d’attendre de ces pères de l’église qu’ils aient des paroles pleines de sagesse. La plupart des gens lorsqu’ils entendent parler des pères de l’église pensent aussitôt à des enseignements vertueux et purs… Et bien ça n’est malheureusement pas le cas ! Ils ont au contraire incité à la haine,…la haine des païens, la haine des chrétiens qui suivaient d’autres voies que la leur, la haine des femmes, bref : la haine de tout ce qui ne voulait pas adhérer aveuglément à leur foi intolérante ; une foi qui refuse l’autorité de Rome parce qu’ils ne veulent pas participer aux rites païens qui ponctuent la vie civile dans l’empire romain.

Mais comme nous l’avons vu précédemment, ces pères de l’église et les communautés chrétiennes naissantes sont loin de former une unité compacte. À côté du catholicisme (loin d’être majoritaire), se bousculent entre autres le Marcionisme, le Montanisme, l’Arianisme, la Gnose,… Chacune de ces tendances accuse l’autre d’être hérétique et tous se chamaillent véritablement sur des détails.
C’est en 313 de notre ère que l’empereur Constantin va déclarer le christianisme comme religion légale, et imposera la tendance catholique du mouvement chrétien comme la seule valable. L’année suivante d’ailleurs, il va décréter sur ordres des prêtres chrétiens, l’interdiction pure et simple de toutes les autres religions : les « autres christianismes » comme hérétiques, et bien sûr l’ennemi de toujours comme nous l’avons vu dans la bible, le paganisme.
En 357 sera décrété par les « sages » de l’église l’autorisation de pratiquer la torture et la peine de mort pour tous ceux qui continuaient encore leurs rites païens. Ensuite vers la fin de ce 4è siècle, St-Augustin qui pense que l’interdiction des cultes païens n’est pas suffisante, ordonne la destruction de tous les temples païens et de leurs statues.
C’est ainsi qu’autour de l’an 400, l’Augustin en question, se targue avec joie que tous les temples païens de l’empire romain sont détruits ! Mais quelle perte pour le patrimoine européen ! Toute cette architecture sacrée des anciens Dieux grecs et romains, ces joyaux de notre culture européenne, tous détruits… L’amour chrétien a encore fait une fois de sacrés ravages. Mais comme l’histoire allait malheureusement le démontrer, le christianisme n’en resterait pas là. Ils pouvaient faire mieux…

Voyons donc un peu ce que pensaient certains de ces pères de l’église :

- Iréné (140-203) dit que la femme qui effectue des rituels chrétiens comme chez les adeptes de la Gnose est un blasphème. La femme doit être soumise à l’homme et se taire. L’homme seul est à l’image de Dieu, la femme n’en est qu’une pâle copie. Rappelons en passant que l’église catholique ne reconnaîtra une âme aux femmes qu’au début du XXè siècle !!! Les femmes au niveau spirituel étaient quelque part entre la bête et l’homme…

- Tatien (vers 172) dit que les philosophes grecs ne sont que des menteurs et des charlatans. Il « vomit » tout particulièrement sur Diogène et Platon qu’il traite d’hypocrites vivant dans le péché, Aristote est traité d’ignorant, Pythagore de vaniteux, Héraclite d’autodidacte vaniteux. C’est ainsi que 2 siècles après, les sympathiques chrétiens allaient s’acharner à effacer toute trace de philosophie en brûlant le plus de livres possibles. Réfléchir par soi-même et vouloir comprendre l’univers et l’être humain n’a jamais été vu d’un bon œil par les chrétiens. C’est être vaniteux disent-ils ; c’est surtout que les gens auraient pu se rendre compte que croire aveuglément était en fait une insulte à l’intelligence humaine.

- Tertullien (155-245) est un des plus croustillants. Il s’acharne fanatiquement contre les hérétiques de la Gnose, les païens et contre les femmes. Il écrit des ouvrages entiers contre ces derniers. Pour lui les hérétiques sont tout simplement condamnés aux flammes de l’enfer, et on verra que plus tard les chrétiens n’auront pas la patience d’attendre qu’ils soient morts, ils les mettront eux mêmes sur des bûchers afin d’accélérer le processus. N’oublions pas qu’ils étaient quand même « gentils » ces chrétiens là : ils bénissaient les bûchers avant de brûler vifs leurs ennemis. L’amour de Dieu est toujours présent…et ses voies sont impénétrables.
Tertullien dit que les hérétiques ont puisé dans des sources païennes et pour cela sont contaminés par le diable. Il est interdit de discuter avec eux, car discuter avec eux c’est comme forniquer avec le diable. Les adeptes de la Gnose disaient que le salut pouvait être atteint par la connaissance et l’étude, alors ça, les chrétiens ne le supportaient pas, car pour eux seule la foi (aveugle !) peut sauver. Ils préfèrent clairement traiter avec des ignares, car il est évident qu’il est plus facile d’en faire des moutons dociles.
Tertullien répète que les femmes ne sont pas à l’image de Dieu et qu’elles portent en elles le péché par nature depuis que soi-disant Eve avait commis le premier péché. Elles sont source de péché et de malédiction, elles sont la porte qui mène au diable. À cause du péché permanent des femmes, Dieu a même dû sacrifier son fils pour racheter les péchés de l’humanité. En clair pour lui la femme par nature n’est qu’une putain… « L’amour » des chrétiens de l’époque est vraiment sans limite. Sous la croix des chrétiens, il ne fait pas bon être femme. Tertullien explique aussi que les produits de beauté sont un blasphème contre Dieu et révèle encore plus la nature diabolique de la femme. Tout logiquement, à la fin de sa vie, Tertullien conseille ouvertement aux hommes de ne jamais se marier, car c’est la seule manière de ne pas être contaminé par la concupiscence. Je vous laisse le soin de juger ces propos.
Quant-aux païens, Tertullien tient le discours déjà vu dans la bible : les païens sont une abomination aux yeux de Dieu, il est interdit de participer aux fêtes païennes ou d’avoir des relations avec les païens sous peine d’être en état de péché mortel. En ce qui concerne les Dieux, il se contredit souvent : tantôt il dit que les Dieux n’existent pas et ne sont que des hommes qui sont morts dans le passé, tantôt il dit que les Dieux existent mais qu’ils sont en fait les démons serviteurs du diable. Le paganisme doit bien-sûr être combattu et détruit.

- Augustin (aussi appelé Saint-Augustin) ira encore un peu plus loin dans son intolérance et sa haine en disant qu’il faut toujours être en guerre contre les païens, car c’est une guerre sainte et juste. Il parle du paganisme comme d’une épidémie, d’un crime et d’une ignominie. Pour lui aussi les Dieux ne sont que des démons. Il ordonne comme nous l’avons vu au début, la destruction de tous les temples païens et vers l’an 400, il n’en reste plus debout dans l’empire romain…
- St-Ambroise lui ira encore plus loin dans l’infini amour chrétien : il va prôner au
4è siècle tout simplement l’extermination des païens, des Goths et des juifs… Bref tout ce qui dérange le christianisme doit disparaître de la face de la terre. Vous me direz, pourquoi les juifs ? Le christianisme est une branche du judaïsme, donc ils sont de la même « crémerie »… Et bien, c’est que le chrétien très tôt va dire que les juifs ont crucifié le christ (ce qui est faux), et qu’ils n’ont pas voulu reconnaître Jésus comme le messie promis par l’ancien testament. La vérité, c’est que le chrétien a bien hérité de l’intolérance religieuse de l’ancien testament et ne supporte pas ce qui n’est pas comme lui : il n’est qu’un mouton aveuglé par sa foi ridicule et assassine.

Le christianisme comme nous avons pu le constater n’est qu’une religion étrangère à nos cultures européennes. Elle s’est imposée à nos ancêtres d’une manière sournoise ou criminelle. Sa haine du paganisme ne nous rend que plus forts, nous les païens. Nous voulons être les héritiers de nos ancêtres païens et continuer à raviver la flamme de cette connaissance millénaire que nous transmettent du plus profond des âges les mythes de nos anciens Dieux.

Que Wodan, Donar, Frey et tous les Immortels nous accompagnent dans cette longue quête.


texte de Hathuwolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les pères de l’église et leurs « tendres » pensées…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mariés en face de l'église
» Signification de "mariés en face d'église" de LAURENT et COSNAY !
» Les fichiers et leurs extensions
» Manéglise et Montivilliers : Aide à la lecture
» un petit passage MAC pro st pères!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petits loups d'Odin :: Tradition nordique :: Panthéon Nordique-
Sauter vers: